En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques anonymes.
En savoir plus sur la gestion des cookies

Sorties théâtrales au Lycée

Critiques de Huis Clos

Par Administrateur SC, publié le mercredi 14 décembre 2016 20:27 - Mis à jour le samedi 17 décembre 2016 23:29

Par IDYL

Critique de la scène de théâtre vu lors de la sortie : « Huis clos »

Nous avons assisté, ma classe et moi, à la réalisation de la pièce de théâtre "Huis clos" au théâtre du Cyclope à Nantes et écrite par Jean-Paul Sartre. Au milieu de la scène, se trouvait le dit espace "clos" symbolisé par les arêtes d'un cube. On pouvait distinguer trois fauteuils : un rouge, un bleu et un vert et une cheminée. On voyait également une statut de bronze, qui contrairement au livre est posée dans un coin du salon et non sur la cheminée. Tout au long de la représentation nous pouvions ressentir les émotions que voulaient nous transmettre les comédiens (notamment la haine, la colère, la jalousie...). En effet, le cube représentant l'espace clos tournait et son rythme donnait l'impression de s'intensifier au fur et à mesure de l'avancement tout comme les émotions ressenties par les personnages de la pièce. Des cris fusaient pendant que le "Garçon" faisait tourner à toute allure la pièce. C'est en concluant par des cris suppliant un supplice corporel plutôt qu'une minute de plus dans cette pièce avec les autres, donc surtout sur la phrase "l'enfer c'est les autres" que les interprètes ont achevé cette pièce de théâtre.

 

Par Siham

« L'enfer c'est les autres»

 

         L’œuvre originale a été écrite par Jean Paul Sartre en 1943. Cette pièce est composé de 5 scènes qui ont pour but de nous faire rentrer dans la vision de l'enfer, qui est celle de vivre sous le regard des autres à travers des thèmes précis : rapport avec les autres, encroûtement et liberté. La pièce se situe dans un salon bourgeois Style Empire, trois personnages sont présents durant toute la durée de la pièce de théâtre c'est une volonté de l'écrivain. Les 4 personnages sont Garcin, journaliste, sa mort a été la cause d'une fusillade en raison de son infidélité au pacifisme, il pense être un héros. Le second personnage est Inès, une ancienne employée de Postes, lesbienne, elle est morte asphyxiée par le gaz. Estelle, femme d'un vieux riche, morte de pneumonie est le troisième personnage présent tout au long de la pièce. La 4eme personne est le garçon d'étage, il introduit les personnages «morts» sur scène dans un lieu clos représentatif de l'enfer où chacun est le bourreau de l'autre, il établit le lien entre les vivants et les morts.

 

Par Mathis

         La pièce de théâtre que nous sommes allés voir est une reprise de l’œuvre de Jean Paul Sartre nommée « Huit Clos». Elle a été reprise par le compagnie du Cyclope. Dans leur représentation, la compagnie du Cyclope s'approprie une mise en scène de l'enfer dans un lieu clos particulier. Pour donner cet aspect enfermé (clos) à la pièce, la compagnie a utilisé un décor en forme de cube rotatif qui permet une vision à 360° sur les personnages qui sont à l’intérieur et de ne rien rater de leur prestation je trouve cela très bien penser car souvent les décors gênent les spectateurs. Le fait d'avoir un regard continuel sur les personnages permet également de souligner le regard des autres qui est très important dans cette pièce (ici notre regard en tant que spectateur). Dans cette reprise de Jean Paul Sartre, le rôle d’Inès a été attribué a une femme ayant la vingtaine, de corpulence «normale», Garcin à été joué par un homme d'environ 35 ans, Estelle est dans la pièce une femme ayant la trentaine et le rôle du garçon d’étage fut attribué à un homme d'environ 23 ans. Leur style vestimentaire est relativement récent, ines porte un jean noir avec un blazer, Garcin est vêtu d'un costume et Estelle d'une robe. Par le style vestimentaire, nous pouvons estimer leur classe sociale. Tout au long de la pièce, les personnages vont se livrer à une difficulté réelle de cohabitation, de cette difficulté de cohabiter il s’interrogeront sur le supplice de l'enfer qui, est sujet de leurs nombreuses mésententes. C' est à travers un travail sur la sonorité qui a pour but d'accompagner les répliques du personnage qui s'ajoute à elle une utilisation de la technologie (lampe qui réduit sa luminosité accompagnée d'une coordination avec le son) que le spectateur est guidé et devient lui aussi acteur de la scène.

         Pièce surprenante et dynamique ! On n'a pas besoin d'avoir déjà lu la version originale de Jean Paul Sartre pour comprendre la pièce. Je la conseille à tous, cependant quelques scènes sont très osées, donc prenez garde de bien choisir la personne qui vous accompagnera.

Pièces jointes
Aucune pièce jointe